Une baisse sans précédent de la fréquentation touristique depuis 2010 qui entraîne des conséquences économiques inquiétantes pour la Destination Paris Ile-de-France

Partager

Le 23 août 2016

Avec 14,9 millions d’arrivées hôtelières au cours du 1er semestre 2016, la fréquentation touristique de la destination Paris Ile-de-France est en baisse de 6,4% par rapport au 1er semestre 2015 du fait de la baisse conjointe des clientèles internationales (-9,9%) et françaises (-3,5%).

Informations ressources

Filières

Descriptif

Au total, au cours du 1er semestre 2016, les hôteliers franciliens ont ainsi accueilli 1,0 million de touristes français et internationaux en moins par rapport au 1er semestre 2015.

L’activité touristique subit un contrecoup sévère dans un contexte peu favorable marqué par les attentats (Paris, Bruxelles, Nice…), les mouvements sociaux ainsi que les inondations. La tenue de l’EURO 2016 n’aura pas permis d’endiguer ce phénomène même si l’afflux de visiteurs a été notable durant les matchs au Stade de France ou au Parc des Princes.

Un effondrement des clientèles japonaise, italienne et russe :

  • Japon : -46,2 % soit une perte de 126 000 touristes japonais
  • Italie : -27,7 % soit une perte de 114 000 touristes italiens
  • Russie : -35,0 % soit une perte de 43 000 touristes russes

Les touristes américains et chinois, peu impactés jusque-là, entament désormais un cycle inquiétant de baisse :

  • USA : -5,7 % soit une perte de 57 000 touristes américains
  • Chine : -19,6 % soit une perte de 100 000 touristes chinois

Une baisse légère qui marque une bonne résistance de la clientèle française qui reste fidèle à Paris Ile-de-France :

  • France : -3,5 % soit une présence de 8 289 000 touristes français sur les 6 premiers mois de l’année

Depuis début 2016, une perte de 750 millions d’euros de chiffre d’affaires pour les professionnels du tourisme parisiens et franciliens

A la lecture de ces résultats, Frédéric Valletoux, Président du Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France déclare qu’ « il est temps de prendre conscience de la catastrophe industrielle que le secteur du tourisme est en train de vivre. L’heure n’est plus aux campagnes de communication  mais bel et bien à la mise en place d’un Plan ORSEC à effet immédiat pour nos professionnels et notre destination. »

La baisse des arrivées des clientèles les plus contributives (Japon, Chine, USA…) a entraîné une baisse sensible de la consommation touristique tout segment confondu. C’est l’ensemble de la chaîne touristique qui a été fortement impacté : hôtels, musées, monuments, cafés, restaurants, excursions, grands magasins, croisières…

Grâce à son dispositif permanent d’enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur la route, le CRT Paris Ile-de-France est en mesure de chiffrer l’impact économique massif que subit l’industrie touristique à Paris et en Ile-de-France depuis le début de l’année 2016.

Paris beaucoup plus touché que la Grande Couronne :

Frédéric Valletoux, devant la gravité de la situation que vit l’industrie touristique francilienne « demande à Jean-Marc Ayrault, Ministre des Affaires étrangères et du développement international, la tenue immédiate d’une réunion avec les professionnels du tourisme franciliens et leurs représentants. Il convient d’investir massivement et dès maintenant dans ce secteur qui emploie 500 000 personnes à Paris et en Ile-de-France au risque sinon d’assister à un plan social sans précédent » 

Les touristes français et étrangers ont pratiqué un contournement du cœur de Paris qui se traduit par une baisse importante de la fréquentation de la clientèle étrangère et française à Paris (-11,4% en termes de nuitées hôtelières) quand, dans le même temps, la Grande Couronne est loin d’être autant impactée (-4,4%). Les destinations touristiques situées en dehors du cœur de Paris sont vécues comme plus sures et moins anxiogènes pour les touristes.

Seul constat positif, le tourisme d’affaires est en progression par rapport au 1er semestre 2015 puisque les déplacements professionnels ont généré 53,8% des nuitées hôtelières (+14,4 points et + 3,1 millions de nuitées).

A la lecture des chiffres de fréquentation de la destination, il souligne « qu’évidemment Paris reste la porte d’entrée de la destination, toutefois il est clair que l’avenir pour nous se situe en grande couronne où il convient désormais de pérenniser l’offre existante, d’en développer une nouvelle et de la promouvoir auprès des franciliens et des touristes français et étrangers. »

Pour la rentrée, les perspectives sont plutôt encourageantes : 43% des professionnels interrogés estiment  « moyen » l’état des réservations de septembre, 38% le considèrent « bon » voire « très bon » et 19% le jugent « mauvais » voire « très mauvais ».  A moyen terme,  64% des acteurs du tourisme prévoient une amélioration de l’activité touristique.

La fréquentation des musées et monuments franciliens est en diminution (-43,9% au Grand Palais par rapport au 1er semestre 2015, -34,8% à l’Arc de triomphe ou -16,3% au domaine de Versailles par exemple). Ces sites ont en effet fortement subi la désaffection des touristes et l’annulation des déplacements des groupes scolaires.

Au cours de l’été, les tendances sont les mêmes avec une fréquentation touristique en baisse selon les professionnels interrogés. En juin, juillet et août, ils étaient respectivement 70%, 71% et 78% à faire ce constat malgré la tenue de l’EURO 2016 du 10 juin au 10 juillet dont les retombées ont été jugées positivement par les professionnels de Paris et de Petite Couronne.

Nombre de pages

3