Grâce aux touristes français et chinois, un 1er semestre record pour Paris Ile-de-France

Partager

Le 20 août 2015

Après un premier semestre 2015 en progression par rapport à 2014, les professionnels du tourisme francilien interrogés par le Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France (CRT) semblent plutôt satisfaits de leur fréquentation estivale grâce entre autre aux clientèles françaises et chinoises.

Informations ressources

Filières

Descriptif

Avec 15,9 millions d’arrivées hôtelières au cours du 1er semestre 2015, la fréquentation touristique de la destination Paris Ile-de-France est en hausse de 1,6 % par rapport au 1er semestre 2014 en raison de la hausse de la clientèle française (+2,9 %).

« La situation au Maghreb et la crise économique ont incité les Français à redécouvrir les vacances à Paris Ile-de-France, ce qu’ils ont fait en nombre cette année » explique François Navarro, Directeur général du CRT Paris Ile-de-France.

Quant à la clientèle internationale, si son niveau est stable par rapport au 1er semestre 2014 (0,0 %), elle atteint en 2015 un nouveau record avec un nombre d’arrivées hôtelières supérieur aux années de référence (2011, 2012, 2007 et 2013).

En termes de clientèles européennes, cela se traduit par :

  • Une hausse de la clientèle espagnole (+5,2%), britannique (+2,2%)
  • Une baisse de la clientèle italienne (-12,7%), néerlandaise (-7,2%) et allemande (-4,2%)

François Navarro de rajouter : « La baisse de l'occupation hôtelière se poursuit à Paris quand elle augmente fortement en Grande Couronne. A l'évidence l'avenir de la destination se situe en dehors de Paris au vu de la saturation de cette dernière ».

François Navarro de conclure : « Les touristes chinois n'auront jamais été aussi nombreux que cette année qui s'achemine vers une année record. La baisse du Yuan ne se fait pas à ce stade sentir, en revanche l'attribution en 48h des visas joue pleinement en faveur de notre destination ».

Et pour les clientèles lointaines :

  • Une hausse de la clientèle chinoise (+48,9%), américaine (+3,4%) ou du Proche et Moyen Orient (+2,6%)
  • Une forte baisse de la clientèle russe (-39,0%) et japonaise (-21,2%)

Le taux d’occupation moyen au 1er semestre 2015 est de 72,7% (-0,9 point par rapport à la même période de 2014). Sur cette période, toutes les catégories d’hôtels ont connu des taux d’occupation inférieurs à ceux de 2014.

Les prix moyens hôteliers sont en diminution en Île-de-France hors Paris pour toutes les catégories d’hôtels (de -0,5% à -0,8%). En revanche, à Paris, toutes les catégories d’hôtels ont augmenté leur prix moyen (de + 2,0% à 3,6%) afin de préserver le chiffre d’affaires impacté par la baisse des taux d’occupation.

Au niveau des territoires, là aussi des disparités importantes sont à relever. La fréquentation touristique dans Paris Intra-Muros a diminué de -1,8 % en termes d’arrivées hôtelières, quand dans le même temps elle a progressé de 1,2 % en Petite Couronne et de 7,2 % en Grande Couronne du fait de l’augmentation du nombre de touristes français.

Pour la rentrée, les perspectives sont également plutôt positives : 53 % des professionnels interrogés estimant  « bon » voire « très bon » l’état des réservations de septembre et à moyen terme 64 % prévoyant une amélioration de l’activité touristique avec le retour de la clientèle d’affaires.

Le 1er semestre 2015 a également été marqué par la reprise du tourisme d’affaires à partir du mois d’avril puisque les déplacements professionnels ont généré 42,5 % des nuitées hôtelières (+1,6 point et + 515 000 nuitées par rapport au 1er semestre 2014).

La fréquentation des musées et monuments franciliens est plus mitigée avec des sites touristiques en hausse tels que l’Arc de triomphe par exemple (+12,5 % par rapport au 1er semestre 2014) ou en baisse à l’image du domaine de Versailles (-4,4%).

Au cours de l’été, la fréquentation touristique a été plutôt satisfaisante selon les professionnels interrogés. En juin et juillet, ils étaient respectivement 81 % et 50 % à qualifier de « bonne » leur activité et en août 53 % la jugeaient « moyenne ».

Nombre de pages

2