Bilan de l'année touristique 2016 à Paris Île-de-France (février 2017)

De meilleurs résultats en fin d’année permettent à la destination Paris Île-de-France de garder son premier rang mondial en 2016

Descriptif

Avec près de 31 millions d’arrivées hôtelières au cours de l’année 2016, la fréquentation touristique de la destination Paris Ile-de-France est en baisse de 4,7% par rapport à  2015 du fait de la baisse des clientèles internationales (-8,8%) quand dans le même temps, le nombre de touristes français est resté quasi-stable (-0,8%).
Au total, au cours de l’année 2016, les hôteliers franciliens ont ainsi accueilli 1,5 million de touristes français et internationaux en moins par rapport à 2015, soit une baisse moins importante que prévu.
L’excellente fréquentation dont a bénéficié la destination Paris Ile-de-France en novembre et surtout durant les fêtes de fin d’année lui ont permis de combler une partie du retard accumulé depuis le début de l’année.

Une stabilité qui marque une très belle résistance de la clientèle française restée fidèle à Paris Ile-de-France :

  • France : -0,8 % soit une présence de 16,7 millions de touristes français sur l’année

Des touristes américains peu impactés par les événements et qui sont en léger recul :

  • USA : -4,9 % soit une perte de 100 000 touristes américains

Une baisse significative des clientèles chinoise, japonaise, italienne et russe :

  • Chine : -21,5% soit une perte de 268 000 touristes chinois
  • Japon : -41,2 % soit une perte de 225 000 touristes japonais
  • Italie : -26,1 % soit une perte de 215 000 touristes italiens
  • Russie : -27,6% soit une perte de 65 000 touristes russes

Un manque à gagner en termes de consommation touristique estimé à près de 1,3 milliard d’euros à l’échelle de notre destination

Grâce à ses dispositifs permanents d’enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur la route, le CRT Paris Île-de-France est en mesure de chiffrer l’impact économique massif que subit l’industrie touristique à Paris et en Ile-de-France pour l’année 2016.

Estimation 2016 de la consommation touristique pour Paris Ile-de-France et les principales clientèles

 

Consommation touristique 2016

Variation 16/15

Différence/2015

Île-de-France

19 535 000 000€

-6,1%

- 1 280 000 000€

Français

7 514 000 000€

-4,5%

- 353 000 000€

Américains

1 727 000 000€

-3,2%

- 57 000 000€

Britanniques

873 000 000€

-10,6%

- 104 000 000€

Chinois

676 000 000€

-16,0%

- 129 000 000€

Allemands

458 000 000€

-4,0%

- 19 000 000€

Espagnols

678 000 000€

-11,0%

- 84 000 000€

Proche et Moyen-Orientaux

390 000 000€

-11,1%

- 49 000 000€

Belges

382 000 000€

+4,2%

+ 15 000 000€

Italiens

535 000 000€

-26,7%

- 195 000 000€

Néerlandais

190 000 000€

-7,0%

- 14 000 000€

Suisses

259 000 000€

+11,6%

+ 27 000 000€

A l’exception des Suisses (+11,6%) et des Belges (+4,2%), les autres clientèles internationales accusent des baisses comprises entre 14 millions et 195 millions d’euros.

Les clientèles internationales qui subissent les plus fortes diminutions sont les Italiens (-195 millions d’euros), les Japonais (-162 millions d’euros) et les Chinois (-129 millions d’euros).

Paris reste plus touché que la Grande Couronne

C’est à Paris Intra-Muros que la fréquentation touristique a le plus diminué (-9,5% en termes de nuitées hôtelières), quand dans le même temps elle était circonscrite à -4,6% en Grande Couronne et à -4,7% en Petite Couronne.

Rare constat positif, le tourisme d’affaires est en forte progression par rapport à 2015 puisque les déplacements professionnels ont généré 31,5 millions de nuitées hôtelières (+ 9,4 millions de nuitées), un chiffre supérieur à ceux des années record de 2011 et 2012.

La fréquentation des musées et monuments franciliens est mitigée. Certains sites, grâce notamment à une belle programmation, ont su tirer leur épingle du jeu tel que le Centre Pompidou avec +9,0% par rapport à 2015.A contrario, d’autres sites ont fortement subi la désaffection des touristes et l’annulation des déplacements des groupes scolaires comme la Tour Montparnasse (-32,0%), l’Arc de triomphe (-24,0%), les musées du Louvre (-13,3%) et d’Orsay (-12,9%), le château de Versailles (-9,8%) ou encore Disneyland Paris (-9,5%).

De nombreux signes de reprise

Depuis novembre 2016, une reprise de l’activité touristique est observée avec un retour aux niveaux de 2014, puisque les arrivées hôtelières ont progressé de 12,5% en novembre-décembre 2016 par rapport à la même période en 2015, soit 581 000 touristes en plus, et surtout de 1,2% par rapport à 2014, soit 60 000 touristes en plus.
Les professionnels ont confirmé cette embellie en janvier 2017 avec 52% qui qualifient de bonne leur activité et 60% d’entre eux qui la jugent en hausse par rapport à 2016. Ces tendances sont d’ailleurs les meilleures des 5 dernières années et s’expliquent notamment par la tenue des Championnats du Monde de Handball, du salon Maison et Objet et de la Fashion Week.
L’état des réservations pour le mois de février 2017 est qualifié de moyen par 51% des professionnels.62% d’entre eux anticipent une amélioration de leur activité à moyen terme, prévision largement supérieure à celle enregistrée en février 2016 (55%).

Loading...

Loading...

Nombre de pages

25

Source

CRT Paris IDF

Accéder à la ressource