La Stratégie régionale du tourisme en Île-de-France

L’Île-de-France doit rester la première destination touristique mondiale : cet objectif est le socle de la Stratégie régionale de développement du tourisme et de loisirs. Ce plan quinquennal pérennise les engagements de la Région en définissant les orientations et objectifs de la politique touristique pour la période 2011-2016.

Il succède au Schéma régional du tourisme et des loisirs 2000-2010, qui avait déjà permis au secteur de bénéficier d’une augmentation conséquente des budgets destinés à son développement. Parallèlement, dès 2008, le tourisme a été intégré dans le Schéma directeur de l’Île-de-France (SDRIF) afin que la planification spatiale des trente prochaines années favorise cette activité essentielle pour le territoire francilien.

Élaborée avec le concours du Comité Régional du Tourisme ainsi que des acteurs publics et privés du secteur, la stratégie régionale affirme clairement son ambition fondatrice : Paris Île-de-France doit s’imposer comme la première destination mondiale de tourisme durable.

Stratégie régionale 2011-2016 de développement du tourisme et des loisirs en Île-de-France  (pdf - 587,12 kB)

Renforcer les capacités, la qualité et la diversité des hébergements touristiques

D’ici 10 ans, notre capacité d’accueil hôtelière devra s’enrichir d’environ 20 000 chambres supplémentaires. Au-delà de la réponse quantitative, une complémentarité des modes d’hébergement (hôtels, résidences de tourisme, centres internationaux de séjours, auberges de jeunesses, meublés touristiques, chambres d’hôtes, hôtellerie de plein air…) est à encourager pour répondre aux nouvelles attentes des clientèles touristiques.

À cet effet, un plan régional des hébergements touristiques à 10 ans va être proposé pour développer, diversifier et enrichir l’offre de la destination, en renforçant les liens avec les acteurs publics et privés.

Les jeunes constituent une cible prioritaire : seront ainsi favorisés des hébergements mieux situés, adaptés aux exigences de cette clientèle, par exemple dans les bases régionales de plein air et de loisirs en lien avec les pratiques sportives et de loisirs proposées dans les territoires alentour.

Pour les familles, il est nécessaire de développer des hébergements adaptés en termes de taille, d’accessibilité, de services, d’activités et de tarifs. La création de pôles de séjour en pleine nature, alliant hébergement et activités sera encouragée, tout comme l’hôtellerie de plein air et ses nouvelles formes d’hébergements (notamment insolites). Ce type d’offre présente l’avantage de répondre à l’aspiration d’évasion des urbains le week-end, et constitue une alternative innovante d’hébergement pour des touristes en séjour en famille.

Conduire un développement touristique territorial ambitieux et équilibré

La Région réaffirme sa volonté de renforcer l’attractivité de la destination en créant un fonds régional de développement touristique des territoires. Il permettra de conduire une mobilisation territoriale d’ampleur, en soutenant les initiatives contribuant à une offre diversifiée, cohérente avec le positionnement global de la destination.

Le Comité Régional du Tourisme Paris Île-de-France accompagnera ces projets par un soutien en termes d’ingénierie, des actions de promotion ciblées sur l’offre des territoires, notamment en valorisant l’événementiel.

L’Île-de-France est caractérisée par une importante dynamique qui va mener à l’émergence de nouveaux territoires de vie (Opérations d’Intérêt National comme la zone Seine Amont / Orly / Rungis, opération Paris Nord-est et Plaine-Commune, pôle Roissy-Charles De Gaulle, La Défense, Seine-Aval ou encore Marne-la-Vallée et en particulier Val d’Europe, futures gares du « Grand Paris Express »…). Ces grands projets d’aménagement doivent prendre en compte l’attractivité des lieux pour les touristes et les Franciliens, avec
l’installation d’équipements structurants de culture et de loisirs propres à apporter une fréquentation complémentaire.

La dimension « nature » du tourisme et des loisirs en Île-de-France doit être valorisée (parcs naturels régionaux et forêts, sites protégés classés, lieux naturels emblématiques, espaces urbains dédiés à la découverte de la nature…). Les 12 bases régionales de plein air et de loisirs doivent ainsi être confortées comme des pôles de loisirs et des espaces touristiques innovants. Le développement de toutes les formes de randonnée (pédestre, vélo, équestre…) est un enjeu pour les loisirs des Franciliens et participe à l’amélioration de leur cadre de vie.

L’offre événementielle culturelle foisonnante d’Île-de-France représente un capital d’image et de vitalité à promouvoir en direction des publics franciliens, nationaux et internationaux (principalement européens).

Les synergies entre tourisme, création et événementiel devront être renforcées : l’art contemporain, la mode, le design, la musique, mais aussi les manifestations sportives sont autant de déclencheurs de séjours insuffisamment exploités.

De même, le Bassin parisien constitue une nouvelle dimension du tourisme qu’il convient d’intégrer en proposant des produits packagés à l’instar des Tours opérateurs et distributeurs.

En dehors de l’Île-de-France, de nombreux sites majeurs (le Mont-Saint-Michel, les plages du débarquement, les Châteaux de la Loire, la Champagne, Reims, Chartres…) peuvent participer à l’élaboration d’actions communes autour de thématiques partagées : le patrimoine culturel, les sites de mémoire, les routes et circuits touristiques.

Déployer un effort constant de renforcement de la qualité de la destination

Il est nécessaire de concentrer les moyens sur les sites stratégiques d’arrivée et de transit : le dispositif de Points Information Tourisme existant dans les aéroports sera ainsi étendu aux gares franciliennes. Les sites gérant des flux importants de visiteurs (par exemple : Disneyland® Paris, Versailles mais également Villepinte…) sont également prioritaires. Il conviendra d’y harmoniser les prestations et la qualité de l’accueil, et d’animer ce réseau à travers un système d’information unique, une déclinaison visuelle de la marque, une formation opérationnelle des personnels…

Parallèlement, la Région, en partenariat avec la Fédération Régionale des Offices de Tourisme et Syndicats d’Initiative (FROTSI), poursuit son soutien au renforcement du réseau des offices de tourisme et syndicats d’initiative, en particulier par des actions de professionnalisation et d’animation du réseau.

Une plateforme d’ingénierie et de qualité, outil d’accompagnement de la mise en oeuvre des politiques et actions régionales, sera créée avec des compétences couvrant l’ensemble des priorités stratégiques (transport, hébergement, qualité, aménagement, handicap…).

Pour agir sur la qualité globale de la destination, mobiliser et accompagner les professionnels, des outils seront développés :

  • un centre de conseil, de ressources et de veille regroupant des informations pratiques, des éditions thématiques et techniques sur les grandes problématiques liées à la qualité,
  • une plateforme d’échanges Internet sur les bonnes pratiques,
  • un programme de formation sur la qualité,
  • un accès aux ressources en matière de tourisme durable.

Afin de favoriser l’observation économique, la projection dans le temps et l’anticipation des tendances pour orienter le développement de l’offre, les dispositifs d’études déployés par le Comité Régional du Tourisme seront renforcés :

  • des outils de mesure et de suivi plus approfondis du poids économique du tourisme en Île-de-France seront
  • développés,
  • une attention particulière sera portée au tourisme d’affaires,
  • un dispositif d’observation des loisirs des Franciliens sera mis en place.

La qualité de la destination Paris Île-de-France passe par celle des emplois touristiques ce qui se traduit par des métiers valorisés et des personnels bien formés. À cet effet, trois orientations stratégiques ont été retenues :

  • mieux coordonner l’offre de formation régionale dans le secteur du tourisme,
  • adapter les contenus et les niveaux de formation aux réalités des activités liées au tourisme,
  • faire du tourisme une véritable filière professionnelle permettant une insertion durable, en sécurisant les parcours, en agissant contre les discontinuités, en permettant les progressions de carrière et en offrant des mobilités entre les métiers.