Sur les traces du général de Gaulle à Paris Région

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, avec le Comité Régional du Tourisme, propose aux visiteurs de découvrir un parcours touristique sur les traces du général de Gaulle, à travers des lieux de mémoire répartis partout sur le territoire francilien.

Ce parcours en 13 étapes s’inscrit dans le cadre des différentes célébrations qui lui sont consacrées à l’occasion du 80e anniversaire des combats de la campagne de France, de l’Appel du 18 juin, de la création de la France Libre, ainsi que les anniversaires de sa naissance et de sa mort (1890-1970).

Descriptif

Le parcours d’un géant de l’Histoire 

Ce nouveau parcours débute à l’Historial Charles de Gaulle, pour une rencontre avec le grand combattant pour la liberté mais également l’homme politique, président d’une France en mouvement, dans un 20e siècle agité. C’est dans ce lieu mémoriel, interactif et immersif, construit comme un monument invisible en sous-sol du musée de l’Armée, que le fil de l’histoire de Charles de Gaulle se déroule.

L’hommage aux Compagnons de la Libération

C’est dans le cadre prestigieux de l’Hôtel national des Invalides que le musée de l’Ordre de la Libération raconte l’histoire des Compagnons de la Libération  et celle de son fondateur et grand maître, dans une salle qui lui est entièrement dédiée.

On y découvre notamment une exceptionnelle collection de médailles et décorations françaises et étrangères. Avec 93 décorations, le général de Gaulle est l’une des personnalités les plus décorées au monde et le Français le plus distingué à l’étranger.

Il est également le seul chef d’Etat à avoir créé trois distinctions : l’Ordre de la Libération, la médaille de la Résistance et l’Ordre national du Mérite.

Le souvenir de la Libération de Paris

Le musée de la Libération de Paris riche d’inestimables collections, raconte la Résistance parisienne, celle de Jean Moulin et de tous ces anonymes qui se sont battus pour leur liberté. Et celle du général de Gaulle qui a inspiré leur combat.

Le recueillement devant le Mémorial de la France combattante

Le Mont-Valérien lieu de mémoire chargé d’émotion, tristement associé à l’histoire de Paris pendant la Seconde Guerre mondiale et dédié aux morts de la guerre 1939-1945.

Le Mémorial de la France combattante est inauguré le 18 juin 1960 par le général de Gaulle.

La célébration de la victoire sur l’avenue des Champs-Elysées

Voulu par Napoléon 1er à la gloire de ses soldats et de ses campagnes victorieuses, l’Arc de triomphe, au-delà de la dimension historique, reste l’un des monuments les plus emblématiques de Paris et le témoin privilégié des grands événements qui ont fait et qui font encore l’Histoire de France. Accueilli en vainqueur par les Parisiens tout juste libérés du joug de l’occupant, le général de Gaulle se recueille le 26 août 1944 devant la tombe du soldat inconnu, ce brave entre les braves, mort pendant la Première Guerre mondiale.

Après en avoir solennellement ravivé la flamme, il descend l’avenue des Champs-Elysées, sous les acclamations de la foule.

Pour célébrer cet événement, une statue du général de Gaulle, réalisée par Jean Cardot a été érigée à l’initiative de l’Association des Français libres à proximité du Grand Palais.

3 palais de la République à visiter

  • Le magnifique château de Rambouillet, résidence présidentielle depuis 1896, le visiter c’est faire un voyage dans le temps et dans l’intimité des grands personnages de l’Histoire de France. Le général de Gaulle, sous la Ve République, y donna de nombreuses fêtes et réceptions comme ses prédécesseurs.
  • Le château de Champs-sur-Marne, véritable joyau d’architecture classique et une ode à l’art de vivre à la française du XVIIIe siècle, a accueilli en ses murs les plus grands noms de l’histoire de France, dont la Marquise de Pompadour, maîtresse du roi Louis XV. Cette demeure de plaisance devient résidence présidentielle en 1935. En 1959, sous la volonté du Général, le château devient alors le premier “palace de la République” et la vitrine de la qualité de l’accueil à la française.
  • Le château de Versailles avec le Grand Trianon, retrouvera sa place à la table des relations diplomatiques françaises pour accueillir les hôtes de la République grâce au Général et à son ministre des Affaires culturelles, André Malraux.

Un circuit qui peut se prolonger :

-        au musée de la Légion d’Honneur, niché dans le magnifique hôtel de Salm à quelques pas du musée d’Orsay,

-        à Marly-le-Roi, près de Versailles où le général de Gaulle séjourna du 21 janvier au 26 mai 1946, après avoir renoncé à rester le chef du Gouvernement provisoire. Il profitera de ces quelques mois pour rédiger l’ébauche de la première partie de ses « Mémoires de Guerre », ouvrage publié en 1954.

-        à Clamart, au sud-ouest de Paris que Charles de Gaulle faillit perdre la vie le 22 août 1962 dans un guet-apens que l’histoire retiendra sous le nom de l’attentat du Petit-Clamart.

-        au Panthéon,  lieu de mémoire où le nom de la famille De Gaulle en franchira le seuil en la personne de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, la nièce du Général en 2015.

Nombre de pages

4

Source

CRT Paris IDF / Région IDF

Accéder à la ressource